Focus – Le troisième œil
Publié le : 08.09.2020
Illustration encadrée d'un crâne à trois orbites

Liste des matériaux utilisés

Un voyage dans l’esprit d’une illuminée

“Quel prix es-tu prêt à payer pour voir ce qui demeure invisible aux yeux des mortels ?” C’est la question qui a inspiré Le Troisième Œil. Dans ce tableaux, on découvre les sacrifices auxquels il faut consentir pour obtenir un tel pouvoir… Mais aussi ce qu’il implique. On y suit la descente dans la folie d’une jeune femme qui ne se rend compte que trop tard de ce dans quoi elle s’est lancée. Tout partait d’une simple volonté d’évoluer, de se laisser illuminer par de nouvelles connaissances ; quoi de plus sain ? Hélas, ce rituel est comme un génie pernicieux qui va chercher à piéger ceux qui lui formulent leurs souhaits en jouant sur leur imprécision. La jeune femme a obtenu le pouvoir qu’elle convoitait, et plus encore : maintenant, elle voit Tout. Le passé, le présent, le futur, ce qui n’a jamais été et ne sera jamais, et les horreurs anciennes et sans nom qui peuplent tous ces plans et nos pires cauchemars. Voilà, l’ambiance est posée.

La chose qui nous regarde

Une chose est certaine : une entité habite ce parchemin et nous regarde. Quelque chose de si puissant qu’elle ne prend même pas la peine de nous rassurer par une façade amicale. Le monstre sous le papier s’affiche aussi morbide qu’il peut l’être parce qu’il sait que ceux qui viendront à lui seront déterminé à aller jusqu’au bout.

Gros plan sur l'illustration d'un crâne

La chose nous a vu !

Pour ceux qui sont là par ambition, ce regard macabre est un défi qui vient titiller leur arrogance. “Je suis plus malin”, “je suis plus fort”. L’orgueil, dit la Bible, est le pire des sept péchés capitaux car c’est de lui que peuvent découler tous les autres. C’est cette brèche que guette la créature, et la curiosité maladive des malheureux qui viennent vers elle.

Et ces inscriptions ?

Une grande partie de l’œuvre est couverte de ces inscriptions sans queue ni tête, qui s’agencent en paragraphes dont l’ensemble laisse deviner un sens. Celui qui n’est pas initié n’y comprendra jamais rien et se détournera de ce parchemin. Mais ceux qui savent, ceux qui sont là parce qu’ils sont parfaitement au courant de ce qu’ils cherchent, ceux que la créature préfère… Eux, ils comprennent. C’est l’un des pièges tendus par la créature. Et vous ? Êtes-vous l’un de ces heureux profanes qui n’y comprend rien ? Ou avez-vous le malheur de saisir ce que ces mots impliquent ?

Vous avez senti comme vos yeux se sont tout de suite focalisés sur les détails rouges ? Ici, ils attirent l’attention en se faisant passer pour des notes importantes. C’est une petite technique de composition très simple : ajoutez une couleur vive au milieu d’une masse de couleurs ternes, et vous attirerez tout de suite l’attention !

Illustration d'une page de grimoire avec un crâne et des caractères inconnus

Tout ça doit bien avoir un sens…

Le poids du savoir

Tout en bas du tableau se tient la jeune femme qui se croyait au-dessus du monstre, accablée par le poids de ce nouveau savoir. Elle aurait dû se méfier en déchiffrant les symboles occultes sur le papier. Elle aurait dû se méfier en voyant ce crâne en plein centre du parchemin. Au final, le démon lui a donné exactement ce qu’elle voulait. Le talent de voir ; de tout voir. Depuis son esprit s’est effondré. Sa nudité représente la perte de toute son identité remplacée par une masse bestiale d’instinct primaires et dérangés ; sa posture avachie représente sa défaite face au monstre qui la domine de toute sa taille sous la forme du crâne qui flotte au-dessus d’elle.

Illustration d'une femme de dos, agenouillée sous un crâne

Il est trop tard.

Une œuvre double

Le Troisième œil est une œuvre double dans le sens où le cadre lui-même a fait l’objet de quelques attentions. Ce qui ressort en premier sont les bougies noires et blanches fixées en bas avec de la corde, pour renforcer le côté artisanal et occulte. Mais le détail le plus intéressant du cadre selon moi, ce sont ces petits objets qui sont pendus dans ses coins supérieurs.

Petit crâne d'oiseau tenu dans une main

Un véritable crâne d’oiseau. Extra fragile attention !

En haut à gauche j’ai placé quelques plumes naturelles de strigidés et une perle de céramique bleue. La chouette est l’oiseau qui représente le savoir, et le bleu une couleur que j’associe au changement et à la magie, ces objets s’imposaient comme des évidences. En haut à droite on passe sur un registre plus morbide. Un crâne humain en céramique, un crâne d’oiseau, et du bois brut. Le crâne humain est un rappel évident du sort qui attendait la jeune femme, de même que le crâne d’oiseau qui symbolise l’âme de la victime qui n’a même pas pu s’envoler. Enfin, le bois brut est là pour rappeler ce qui reste d’elle : une coquille brute, vide.


Le mot de la fin

Le Troisième œil a été une œuvre particulièrement intéressante à réaliser puisqu’elle m’a permis de m’amuser à la fois sur papier, mais aussi en 3D ! Sur papier j’ai appliqué mes encres pour avoir ce fond parchemin qui me plaît tant, puis je suis passé à l’encre de Chine noire et l’encre aquarelle rouge pour faire tout le reste. C’est un schéma de couleur dichromatique très simple. Mettre plus de couleur sur le papier aurait été une erreur puisque le niveau de détails est déjà très élevé, et j’aurais risqué de noyer l’œuvre.

Au niveau du cadre, les bougies sur le bas ont été compliquée à faire tenir en place. La colle qui les maintient reste fragile, et le renfort de corde autour de leur base est à la fois décoratif et viens les consolider. Le plus amusant a été de manipuler ce tout petit crâne d’oiseau. Il est si fin qu’il suffirait de serrer un tout petit peu les doigts pour l’écraser. Il est si léger qu’on ne le sent pas dans la paume. Et pourtant c’est selon moi la touche qui vient parfaire l’ensemble.

Merci à ceux qui sont arrivés jusque-là ! À bientôt 🙂

Argonaus - Théo Moret

Argonaus - Théo Moret

Illustrateur indépendant

Vous avez une question ? Vous souhaitez me contacter pour un devis, une collaboration ou tout autre demande ? Envoyez moi un mail via ce formulaire !

Catégories : Focus

9 + 8 =

Pour me joindre :

contact.argonaus@gmail.com

“Se perdre c’est explorer.”

Logo argonaus en blanc sur fond noir

© 2020 Argonaus, tous droits réservés

Restons en contact !