Gros plan sur l'illustration d'un crâne

~ La Page de Grimoire ~

 

Les trésors le long du chemin

Que peut-on découvrir lorsqu’on part explorer l’imaginaire ? Des trésors, certes. Des endroits incroyables qui défient toutes descriptions. Mais aussi et surtout des reliques, des espèces animales et végétales aliènes, des connaissances interdites scellées dans des cryptes qu’on ne devrait pas ouvrir. J’avais besoin d’un moyen de représenter ces choses, avec un art authentique qui devait donner l’impression qu’il sortait tout droit de mes univers : la page de grimoire.

Un ensemble de documents tout droit sortis d’un abominable grimoire.

Savoir interdit

Ma première source d’inspiration pour créer une page de grimoire est le Necronimicon, ou du moins la représentation visuelle que je m’en fais. Je l’imagine comme un ouvrage massif, dont les pages usées par le temps contiennent des choses que le profane ne peut pas comprendre. Je visualise un savoir ancien et interdit, posé là par un illuminé dont l’esprit aurait été brisé le jour où il a entraperçu ses dieux : des abominations cosmiques qui défient l’entendement.

Dans cette vision de la page de grimoire, il est question d’une âme qui cherche à communiquer avec un monde qui ne le comprend pas, et que lui-même ne comprend plus. On raconte l’histoire d’un savoir qui cherche à sortir de lui-même de l’esprit de son détenteur pour se coucher sur le papier, et infecter le cerveau du prochain malchanceux qui fera l’erreur d’ouvrir le grimoire. Ici, le papier est parcheminé, l’encre est posée par des mouvements erratiques, et les illustrations représentent des choses sans nom.

Atlas d’explorateur

Les anciennes encyclopédies sont ma seconde source d’inspiration. Comme les grimoires, je les visualise aussi comme des ouvrages pesant, qui renferment de nombreuses connaissances. Ici, c’est plutôt l’aspect concret et informatif de l’œuvre qui m’intéresse : je trouve qu’il y a un véritable attrait aux belles planches anatomiques qui s’accompagnent d’une multitude de petits encarts, et de schémas explicatifs. La connaissance s’offre à qui veut bien prendre le temps de se pencher dessus.
Cette vision de la page de grimoire est parfaite pour illustrer un carnet de voyage : quoi de mieux pour représenter cette étrange espèce de chat à six pattes qui est venu rôder prêt de votre camp, la nuit dernière ? Comment mieux consigner les effets de cette plante luminescente qui émet une note cristalline, quand elle est éclairée par la lune ?

Des illustrations davantage inspirées de planches anatomiques.

Tout consigner

À chaque fois que je me lance dans une page de grimoire, je suis pris de cette volonté de découvrir et archiver un savoir mêlé d’un sentiment, d’une impulsion. Je veux tout expliquer, tout montrer, accumuler des connaissances glanées lors d’une exploration, imaginaire ou non. À terme, j’envisage de créer des carnets qui pourraient rassembler toutes les notes prises sur une même destination. C’est un merveilleux moyen de prolonger le voyage : on en connais déjà la géographie par les cartes, et par la page de grimoire, on peut en connaître les créatures, les plantes, les dieux…

Pour me joindre :

contact.argonaus@gmail.com

“Se perdre c’est explorer.”

Logo argonaus en blanc sur fond noir

© 2020 Argonaus, tous droits réservés

Restons en contact !

Pin It on Pinterest